Projet de loi du pays portant modification du code des douanes et dispositions relatives à la taxe de développement local et au droit intérieur de consommation

Publié le par TEMOTEM

 

Séance du 15 mars 2013

 

Mes-images-2 0047 copie3

Mme Eléanor PARKER

 

 

Monsieur le Président de la Polynésie française

Monsieur le Président de l’assemblée de la Polynésie française

Mesdames et Messieurs les ministres,

Monsieur le ministre de l’économie et des finances

Mesdames et messieurs,

 

Ce projet répond au principe de réalité. En effet, on ne peut ne pas faire perdurer une réglementation objectivement inefficace.


Aujourd’hui, avec la TDL, les consommateurs et les entrepreneurs, dont l’activité nécessite l’importation de certains produits, sont frappés d’une taxe anti-économique qui les pénalise alors même qu’il n’est pas possible de trouver localement une offre comparable en qualité ou en prix.


Ce projet va donc dans le bon sens.


Toutefois, je pense qu’il faut aller plus loin.


Nous avons une politique économique basée sur un protectionnisme excessif des entreprises. Cette politique a marché un temps, les flux extérieurs permettant une croissance des chiffres d’affaires, de l’emploi et donc par ricochet, de la consommation.


Mais du coup, les consommateurs n’ont jamais été véritablement considérés comme les véritables moteurs de notre économie. Au contraire au nom de cette politique protectionniste notre budget, dont les ressources sont pour l’essentiel ponctionnées sur le pouvoir d’achat des ménages, on les a trop  longtemps considérés comme les « vaches à lait ».


Cette politique a vécu et a montré les mêmes limites que celles constatées dans d’autres économies ayant suivi le même chemin. D’ailleurs, notre situation n’a rien de spécifique et nous avons tort de, trop souvent, nous retrancher derrière des spécificités dont certaines sont illusoires.


Nous devons dorénavant mettre la consommation et nos consommateurs au centre de notre politique économie.


La compétition internationale qui vient frapper à nos portes, les importantes réserves d’épargne disponibles, la trop volatilité de nos ressources, la demande visible de la population pour plus de compétition, pour plus de pouvoir d’achat, sont autant de signes que nous devrions prendre au sérieux.


Nous devons :


Stimuler la demande en lui offrant plus de diversité en prix comme en qualité  par plus de concurrence et moins de protectionnisme


Et


Améliorer le pouvoir d’achat en diminuant le nombre et le taux des taxes affectant la consommation

.

Cela ne veut pas évidemment pas dire qu’il n’y a rien à faire pour stimuler l’esprit d’entreprise et l’innovation mais aucune politique économique ne peut être durable quand elle se construit au détriment des consommateurs. 


Je vous remercie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article